Make your own free website on Tripod.com

Raisons pour ne pas boire


"Comment, tu ne bois plus?" me demandait une vieille connaissance.
"Plus que qui?" répliquai-je.
"Je veux dire que tu n'as rien bu depuis quelques temps."
"Boire? Je bois... du café, du lait, du thé, de la liqueur, de l'eau, du jus de fruits."
"Je veux dire boire", continua-t-il, "tu sais, de l'alcool." "Oh, l'alcool, non, je ne bois plus d'alcool. Elle s'est retournée contre moi. Elle a déjà été mon amie, elle est devenue mon ennemie.
"Peut-être as-tu tombé sur une mauvaise recette?" m'a-t-il demandé. "Non", lui dis-je, "la recette est la même. J'ai changé. Parce que j'avais la maladie de l'alcoolisme, ma tolérance s'est affaiblie. L'alcoolisme est dans les personnes, pas dans les bouteilles."
Il répliqua: "C'est un peu confus." Ce à quoi j'ai répondu: "Tu penses que tu es confus, tu aurais dû me voir!"
"J'ai bu pour trouver le bonheur je suis devenu malheureux.
J'ai bu pour trouver la joie et je suis devenu misérable.
J'ai bu pour m'extérioriser et je me suis replié sur moi-même.
J'ai bu pour être sociable et je suis devenu solitaire.
J'ai bu pour me faire des amis et je me suis fait des ennemis.
J'ai bu pour adoucir ma peine et je me suis perdu dans l'apitoiement.
J'ai bu pour trouver le sommeil et je suis resté éveillé sans pouvoir me reposer.
J'ai bu pour me donner de la force et je suis devenu faible.
J'ai bu comme médication et j'ai tombé malade.
J'ai bu parce que je croyais que mon emploi l'exigeait et j'ai perdu mon emploi.
J'ai bu pour relaxer et je me suis mis avoir des tremblements.
J'ai bu pour me donner du courage et je suis devenu insécur.
J'ai bu pour me donner de l'assurance et j'ai été rempli de doutes.
J'ai bu pour me stimuler et j'ai eu des pertes de mémoires.
J'ai bu pour pouvoir parler et ma langue s'est liée.
J'ai bu pour me rafraîchir et j'ai perdu ma chaleur.
J'ai bu pour me sentir comme au paradis et j'ai connu l'enfer.
J'ai bu pour oublier et tout me hantait.
J'ai bu pour être libre et je suis devenu esclave.
J'ai bu pour être fort et je suis devenu impuissant.
J'ai bu pour oublier mes problèmes et je les ai vus se multiplier.
J'ai bu pour vivre et j'ai frôlé la mort.
J'ai bu parce que j'en avais le droit et tout a tourné tout croche."


"Eh ben," s'est-il exclamé, "tu as dû en prendre de l'alcool pour te retrouver dans cet état!"
"Seulement un," lui ai-je dit, "le premier. Pour moi, un c'est trop et mille ce n'est pas assez. Je n'ai qu'une seule règle:
JE NE BOIS PAS TANT QUE JE SUIS SOBRE!"





Pour retourner à la Page des titres des textes.